Looking for Amy…

Aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire d’Amy Prajoux, une jeune femme talentueuse que j’ai d’abord découverte au travers des réseaux sociaux avant de la rencontrer dans la vraie vie, il y a quelques semaines à l’occasion de la Bag Show. Amy fait partie de ces personnes qui vous embarque dans leur univers, aussi naturellement qu’elle vous sourit quand elle vous rencontre. Elle est vraie et généreuse et cela se sent autant dans sa musique, que dans sa façon de vous parler et de vous emmener en voyage avec elle. 

Pourquoi ce titre pour ce portrait ? Tout simplement parce qu’Amy est une femme dont la personnalité se dévoile au travers de toutes ses passions et elles sont nombreuses et il faut de l’énergie pour la suivre dans ses aventures. Mais ce qui la caractérise c’est que c’est une battante qui ne renonce jamais à ses rêves, et je trouve cela formidable.

De l’art de passer par la fenêtre quand on ferme la porte

Musicienne, Amy l’est assurément et la batterie est son instrument à n’en pas douter, malgré le souhait vers 5 ans de faire de la guitare électrique. Mais son prof, insiste pour  qu’elle fasse de la guitare sèche, elle en fera pendant 3 ans avant de se diriger  vers les percussions classiques à 9 ans. Mais là encore lorsqu’elle émet le désir de faire de la batterie, elle essuie un nouveau refus de son professeur, arguant que finalement, la batterie n’est pas pour les filles. Un discours qu’elle entendra souvent pendant ses années de formation et qui aura pour résultat de freiner sa confiance en elle.

Mais qu’à cela ne tienne, elle apprendra la batterie toute seule, du haut de ses 10 ans et en 2015 elle se lance à fond dans la pratique de cet instrument.  Amy fait déjà preuve d’un sacré tempérament à cet âge et sait déjà qu’elle n’acceptera ni contrainte, ni limite à ses rêves.

Se battre à tout prix

Mais la vie est parfois un peu cabossée et Amy doit faire face à un accident qui abîme sérieusement sa cheville droite au point qu’elle risque de ne plus pouvoir pratiquer la batterie. C’est le déclic qui lui fait réaliser que sa vie sans musique ni ses fûts serait un non-sens absolu.

Commence alors pour Amy, une bataille de plusieurs longs mois pour guérir et suivre le chemin qu’elle a désormais choisi. Mais si on ne sort jamais indemne de ce genre d’expérience, autant dans sa chair que dans sa tête, cela va permettre à Amy de découvrir ce qu’elle veut vraiment, de repousser ses limites et de trouver en elle une force de vie incroyable. 

Elle décide en 2014 de partir en Australie, l’occasion pour elle de travailler sur son manque de confiance en elle et surtout  de se lancer à 300 % dans la pratique de la batterie.

Keep smashin !!!

On ne dira jamais assez à quel point les rencontres et certaines situations peuvent être décisives dans la vie et changer le cours de nos parcours. Amy assiste à une masterclass de  Brian Frasier-Moore, le batteur de Justin Timberlake et Madonna et alors qu’elle aurait dû jouer avec lui, la peur de se produire en public la paralyse et la fait renoncer. S’ensuit une discussion avec le célèbre batteur qui lui écrit un petit mot qu’elle garde toujours précieusement avec elle, encore maintenant. Dans le cas d’Amy, la peur a finalement été un véritable déclencheur. Elle s’est alors promis de ne plus jamais craindre de jouer devant les autres. 

Ses rencontres avec Emmanuelle Caplette, batteuse canadienne reconnue,  mais aussi Dom Famularo, batteur américain passionné par la transmission et l’enseignement vont accompagner aussi la réflexion d’Amy sur sa vision du métier. Comme Brian Frasier-Moore, Famularo prône une vision très à l’américaine de ce qu’est l’entertainement, et surtout l’ idée qu’industrie musicale,  business et art n’ont rien d’antinomique bien au contraire. Les américains ont cette décomplexion vis à vis de la musique et finalement de la réussite qui est, à mon sens bien plus simple et saine. Mais bon c’est mon humble avis et je ne connais pas tous les ressorts de cette industrie. En tout cas, cela a donné des ailes à Amy et c’est le principal puisque depuis, elle n’a eu de cesse de vouloir partager ses expériences de batteuse. 

All around the world

Ce qui la différencie aussi de ses petits camarades est qu’Amy est une batteuse-globe trotteuse, qui sillonne la planète, à la rencontre des gens pour élargir ses horizons qu’ils soient musicaux ou personnels quand elle part en Australie, aux Etats-Unis ou au Canada . Elle vadrouille pour s’enrichir, s’échapper peut-être, mais elle avance toujours, le sourire aux lèvres et ses baguettes à la main.

C’est d’ailleurs ainsi que nos routes se sont croisées puisque je suivais ses aventures sur Facebook lors de son dernier voyage en Australie. Elle filmait régulièrement en live ses balades. 

Quand la musique rime avec partage

Du coup, la transition est assez facile et m’amène à vous parler du concept Golden Spiral of Success qu’elle a créé afin de proposer aux batteuses et batteurs une expérience unique au sein du 360°Experience Drum Camp. Depuis l’année dernière, Amy vous propose de passer 3 jours dans un cadre préservé pour pratiquer la batterie de façon intensive avec des profs de haut vol tout en abordant le développement personnel et le développement professionnel. Car pour Amy, un bon batteur doit acquérir ses 3 piliers pour s’épanouir et donc réussir. Je vous mets le lien car il reste encore quelques places pour la 2ème édition qui se tiendra du 5 au 8 juillet 2019.  Les intervenants sont encore cette année à la mesure de l’événement puisque 2 grands batteurs et une immense batteuse seront présents pour dispenser leurs conseils, et partager leur expérience avec les participants du Drum Camp : Anika NillesFranck Agulhon et  JB Perraudin,

On the road

Avec toutes ses occupations, Amy a quand même le temps de pratiquer elle-même son instrument et depuis son retour d’Australie en octobre dernier, elle a intégré un groupe de punk rock celtique, 100% féminin, les TOXICS FROGS dont je vous parlerai très vite dans une interview car ces filles méritent le détour.

Elle joue aussi avec d’autres groupes comme les Gipsy Eventsun groupe de musique gitane et aussi au sein de l’Orchestre symphonique de Lyon

 Autant dire que 2019 va être haute en couleur pour Amy et on ne peut que lui souhaiter le meilleur pour la suite.

Retrouvez Amy Prajoux sur ses réseaux sociaux

Publicités

2 Comments

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s