WIESE: Le DJ venu du froid

Aujourd’hui, je vous parle d’un DJ, découvert sur Groover encore une fois, Wiese. Il vient de Norvège et a grandi dans le même quartier à Bergen, que Kygo et Alan Walker, deux des plus célèbres DJ actuellement sur la scène Internationale. Wiese est aussi producteur et auteur. Il signe chez Warner Music avant de finalement décider de se mettre à son compte en créant son propre label indépendant. Comme pour la majorité des DJ, il propose des morceaux calibrés pour les festivals et les clubs. C’est festif et avec un fort potentiel à exploser les charts. Si vous avez envie de danser cet été, je vous conseille son morceau « I fell ». C’est un mélange d’electro-pop et de Future Bass, genre lancé par des groupes comme Flume et plus tard Marshmello, Martin Garrix etc.. Sans connaître nécessairement les appellations de ce style musical, vous l’avez forcément entendu partout en radio. Wiese s’inscrit donc dans cette lignée.

Son dernier titre sorti vendredi dernier « Never let me go » a déjà intégré les plus grosses playlists de Norvège sur Spotify au milieu d’artistes comme Lady Gaga, Ariana Grande, The Weeknd, de quoi être heureux pour Wiese qui est déjà un habitué des stades. Il m’a accordé une interview récemment et c’est une bonne occasion de faire connaissance avec ce jeune homme à la carrière prometteuse.

Wiese

Comment as-tu appris la musique? Plutôt en école de musique, en autodidacte, en regardant des vidéos sur YouTube ?

J’ai toujours aimé la musique et j’ai commencé à marteler les casseroles de ma mère avant de pouvoir marcher. J’ai fini par comprendre que j’aimais chanter, et je me suis lancé pour écrire des chansons et jouer de divers instruments.

Est-ce que tu joues plusieurs instruments?

Oui, en fait, je joue de plusieurs instruments. La guitare est mon instrument principal, mais je joue aussi du piano, de la basse et de la batterie. À l’école primaire, j’ai joué « Can You Feel The Love Tonight » à la flûte devant toute l’école, mais je suppose que cela ne compte pas.

Où rêverais-tu de jouer?

Oh, il y a tellement de lieux passionnants dans le monde entier. Les lieux les plus évidents à mentionner seraient des lieux historiques comme le Madison Square Garden, Ushuaïa et Coachella, mais pour être honnête, chaque scène où les gens viennent juste pour entendre ma musique serait un rêve.

À quel âge la musique est-elle passée du concept de « hobbies » à celui de « carrière possible » ?
Je ne pense pas m’être jamais permis de penser à autre chose qu’au plaisir. Cela dit, cela ne veut pas dire que je n’ai pas de rêves et de buts. Je suppose que la clé du succès, dans l’industrie musicale comme dans d’autres domaines de la vie, est de se fixer des objectifs et des étapes clairs, de travailler dur et de saisir les opportunités qui se présentent.

Dis-nous quelques mots sur ta carrière artistique ?
J’ai commencé par chanter, jouer de la guitare ou de la batterie dans plusieurs groupes de lycée avant de faire des chansons en solo pour mon équipe de football, le Viking FK de Stavanger. Quand j’étais à l’université, j’ai fait beaucoup de production musicale en studio et en concert. J’ai même été un coureur en coulisses, donc je suppose que j’ai été de tous les côtés de la table.

As-tu prévu des collaborations spéciales ?
Oui, mais j’ai bien peur que vous deviez attendre pour le savoir.

Comment définis-tu ta musique ?
Je suppose que la pop moderne ou la pop électro serait le genre général. J’aime faire des chansons énergiques, groovy et adaptées aux clubs, ainsi que des morceaux plus downbeat, avec des vibrations RnB. Vous pouvez vous attendre à ces deux types de musique d’ici la fin de l’année.

Quels sont les artistes qui t’ont le plus influencé ?
Depuis mon enfance, tout, d’Eric Clapton à Eminem et Green Day. Sans oublier les favoris du lycée tels que Backstreet Boys, Westlife et Spice Girls. Ces dernières années, il est difficile de ne pas mentionner des DJ comme Avicii, Kygo et Alan Walker.

Comment écris-tu tes chansons ? Commences-tu par les paroles ou la musique ?
Cela dépend, mais le plus souvent, je commence par jouer avec les mélodies et la production. Ensuite, les paroles sont souvent la conséquence de l’ambiance.

Comment as -tu géré le confinement de ces dernières semaines ?
J’ai un studio dans mon appartement, donc ce n’est pas si mal pour faire de la musique. Je travaille beaucoup avec des musiciens et des producteurs d’autres pays et nous nous envoyons des choses comme avant. En fait, cela facilite les choses car tous les bars et les boîtes de nuit sont fermés. Ce qui peut être très chronophage en temps réel pour moi et pour les autres.

Que trouverions-nous dans ta loge idéale avant un concert ?
Je ne suis pas très exigeant. Une bonne stéréo, quelques bières et des snacks et je suis content. Oh, et un miroir !

Qui trouverions-nous sur ta scène idéale ?
Je dois dire Billie Joe Armstrong de Green Day. Je suis un grand fan de sa présence sur scène et je parie que les coulisses seraient géniales !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s