Wyll: un rappeur roots

Ma rencontre avec Wyll fait partie de celles qui sont les plus jolies car les plus inattendues. Un message envoyé par ce garçon sur ma page Facebook, un clip et un coup de cœur pour moi. Quelque temps plus tard, nous nous sommes parlés et ma première impression s’est alors confirmée. Wyll est quelqu’un de bien comme le titre de son dernier single. Il écrit et compose depuis l’âge de 15 ans et il a choisi le rap pour s’exprimer. Avec une voix un peu éraillée et surtout un côté folk assez atypique dans le monde du rap. C’est cette particularité qui m’a plu.

Wyll a commencé le rap « par ennui » me dit-il, et c’est plutôt intéressant comme point de démarrage. Il a surtout vécu des heures douloureuses à l’école, car étant malvoyant, il a souvent été montré du doigt. Et justement, il a eu envie que les gens le regardent pour ce qu’il a choisi et non pour ce que la vie lui a imposé. L’envie d’être utile, de donner aux autres. Ses parents lui offrent son premier micro à 18 ans et il lance un skyblog sur lequel il partage des morceaux qu’il écrit.

Wyll

Il participe à de nombreuses scènes ouvertes à Dinard, sa région, et dit lui-même que les jams ont changé sa vie. Il rencontre la chanteuse Karine Moni et c’est elle qui va le pousser à développer son projet. Un premier album maison « Boîte à musique », de nombreux concerts dont l’ouverture du Festival Quartier d’été au côté de Disiz et Tunisiano. Il fait aussi la première partie de Blankass au Spot à Dinard avec juste un guitariste et ce format fonctionne au point de se lancer dans l’écriture d’un nouvel EP « La reine et son roi » en 2017.

Il s’entoure d’une belle équipe, Acacio Andrade à la guitare et aux arrangements qui a notamment joué avec Olivia Ruiz, Tom Clément aux percussions et Karine Moni aux chœurs et sort un EP très acoustique, qui met en valeur ses textes. La guitare sèche d’Acacio Andrade, donne ce côté folk très roots avec un très beau travail sur les percussions et la très belle voix de Karine.

C’est un disque d’amitié qui en dit long sur la personnalité de Wyll, tourné vers les autres dans sa musique, mais aussi dans sa vie. Il nous parle des gens, de leurs dualités comme dans la chanson « Quelqu’un de bien », dont le clip, tourné à l’hôpital de Saint-Malo, raconte l’histoire d’un homme qui se déguise en clown pour faire rire les enfants malades, mais qui dans sa vie quotidienne passe à côté de sa propre famille. Cette dualité que nous avons tous connue à un moment ou à un autre.

L’écriture de Wyll est juste, percutante, engagée comme lui, qui donne de son temps dans les collèges en organisant des ateliers d’écritures. Pour Wyll, « le rap est viscéral, une sorte de rage à vouloir changer les choses », mais pour cela, il utilise sa musique et son verbe pour exprimer son humanité

L’EP est sorti en juin 2018, mais le titre « Quelqu’un de bien » réarrangé, remixé et clipé est sorti en avril dernier.

8 titres sur ce disque et de très beaux morceaux comme « Ma guerre » qui oscille entre rap, chant et slam. « Madame France » qui malgré une critique acerbe de notre société, porte un optimisme à toute épreuve et un refus absolu de subir.

Vous l’aurez compris, Wyll est un artiste à découvrir et à écouter. Ils ne sont pas légions ceux qui savent écrire avec sincérité alors profitons-en et je lui souhaite un beau chemin tant musicalement qu’ humainement.

Crédits Photo: Isabelle Delvallée

Retrouvez Wyll sur ses réseaux sociaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s