AUSTYN et ses désordres

Cela fait déjà un moment qu’Austyn et moi avons fait connaissance grâce au blog. Un brin trop mélancolique pour mes petites oreilles sur le premier titre écouté, mais il a su attirer mon attention, de par son parcours. Bref, il était grand temps que je vous en parle, car Austyn a sorti son dernier EP en mars dernier et il mérite vraiment qu’on s’y attarde. Si je devais décrire sa musique, je dirais que c’est de la pop indé, assez sombre, assez rock aussi, car elle m’a rappelé tout de suite Bashung dans son phrasé et l’univers étrangement solitaire et introspectif qu’il dégage.

Austyn nous vient de Lyon, ville au combien créative à tout point de vue et c’est sur les scènes lyonnaises qu’il fait ses premières armes. Auteur-compositeur et interprète, il enregistre ses premières maquettes en 2011. Puis un premier single « La main sur les yeux » qu’il jouera dans de belles salles parisiennes comme La Cigale, les 3 Baudets ou le Réservoir. Il rencontre par la suite Yann Cortella, producteur et arrangeur entre autres de Brigitte Fontaine et Jacques Higelin et sort un premier EP « Je Tabou ».

Son talent d’auteur lui permet aussi de participer aux albums d’autres artistes, notamment pour Tigane (finaliste de la Nouvelle Star) et pour la chanteuse Robert.

En 2019, il commence à travailler avec Denis Clavaizolle, un musicien arrangeur qui a collaboré avec Jean-Louis Murat notamment et fait aussi la rencontre de Kent avec qui il signe le titre « Phantom » qui se trouve sur l’EP Désordres et que personnellement, j’aime beaucoup. Deux titres sont déjà sortis « Tes délits font désordres » et le superbe « Grenson ». Le petit dernier « Brune Mandarine » vient à peine de sortir en mai, avec un chouette clip. C’est très bien écrit. Austyn est dans la droite lignée d’une chanson française qui se veut élégante, se baladant entre un univers rock classique avec de belles guitares et une vraie modernité dans les prod. C’est en plus très cinématographique, ce qui me plaît d’autant plus. La voix d’Austyn est particulière, assez grave, limite linéaire parfois, mais avec une cohérence évidente. Un EP à découvrir pour les amateurs de chansons françaises bien écrites, mais qui flirtent avec un son plus américain (je ne sais pas pourquoi, mais en l’écoutant, je pensais au film Bagdad Café).

Austyn est en plus une vraie belle personne et vous savez comme cela compte pour moi sur ce blog 🙂 Suivez le sur ses réseaux sociaux et n’hésitez pas à partager sa musique si vous l’appréciez. La scène française a plus que jamais besoin de vous pour surmonter cette période compliquée pour les artistes.

Crédits photos : Arnaud Bathiard

Posted In

,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s