RADAR DE LA SEMAINE 18/10/2020

Hello, on termine la semaine en beauté avec ma sélection hebdo. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir trois artistes, tous très différents à priori mais avec une sensibilité et un groove tout à eux. Allez hop c’est parti pour le radar de la semaine!

On démarre avec Gabriel Delmas, un batteur talentueux qui fait partie de mes premières interviews maison. J’ai découvert Gabriel en 2017 alors qu’il venait de remporter un concours organisé par la Baguetterie, lieu mythique pour tous les amoureux de la batterie. Depuis, je le suis dans ses aventures musicales. C’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai découvert Vyo. Cette fois-ci, Gabriel revient avec un nouvel EP « Try » qui sera dispo le 31 octobre mais que j’ai eu la chance d’écouter en exclu. Gabriel avec ses deux comparses Viktor Raynaud (Bass) et Florent Hortal (Guit) nous propose quatre morceaux instrumentaux de jazz mais qui groove sacrément. Influencé par des artistes tel que Oz Noy, Wayne Krantz, Mark Guiliana, Gabriel Delmas et son trio sont à découvrir d’urgence pour les fans de Jazz fusion.

Pour précommander le titre c’est sur Bandcamp

👉 https://gabrieldelmastrio.bandcamp.com/releases

Andrée est une chanteuse française qui m’a séduite par le clip de sa chanson l’Ennemi, extrait de son EP Lune Rousse sorti cette année. Tourné dans l’église montreuilloise Saint André, le clip nous embarque dans l’univers particulier d’Andrée, très esthétique avec une touche de mysticisme qui m’a plu. L’Ennemi parle de cette dualité que nous avons en nous. De cette petite voix qui nous envoie des messages négatifs, distille de la peur et nous empêche d’avancer. Parce que notre pire ennemi, c’est nous. A travers ce titre, Andrée s’adresse à son ennemi intérieur avec simplicité et sincérité, à la recherche d’une réconciliation. Une belle voix jazzy, profonde qui s’épanouie aussi bien en français qu’en anglais. Mais il faut dire que les influences d’Andrée se ballade entre Bjork, Emily King, Solange ou Jeanne Added. Au final, un joli mélange de jazz, de pop et d’électro.

Jessy and The Volunteers est un groupe étonnant mené par Jessy Wadeson. Originaire de Nouvelle-Zelande, Jessy est une artiste qui a démarré très jeune, écrivant ses premières chansons à l’âge de 10 ans. A 12 ans, elle sort un premier EP. Acting, danse, musique, Jessy est une boule d’énergie qui dépasse les frontières pour expérimenter, s’enrichir, de l’Australie au Guatemala en passant par les Etats-Unis. Elle revient finalement chez elle à Auckland en 2017 et monte son propre groupe dans le sous-sol d’une maison, « un mélange sexy et bluesy de funk, de rock et de soul » comme elle le décrit. Ils écument les festivals et sortent au printemps dernier « Time is Laughing » un petit bijou de groove avec cuivre et choeurs qui donnent envie de danser. Les influences de Prince sont influences et on ne peut que songer à Janis Joplin en voyant Jessy. Gros coup de coeur en tout cas et j’espère que vous aimerez aussi 🙂 Leur premier album devrait sortir avant la fin de l’année.

Posted In

,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s